Autour de la Légende des Samouraïs


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fics sur les Masho

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yami Flo
Samouraï


Nombre de messages : 366
Age : 28
Localisation : Maubeuge
Date d'inscription : 17/05/2005

MessageSujet: Fics sur les Masho   Mer 30 Mai - 20:21

Deux petites fics sur les Masho. J'espère que vous apprécierez ^^

A Vaincre Sans Péril


« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. » Corneille


Les cris des corbeaux retentissent dans le ciel.
Le crépuscule teinte peu à peu le paysage de rouge sang et d’ombres noires tandis que le soleil descend lentement vers la terre. La nuit approche de plus en plus. Le vent emporte dans ses rafales l’odeur du sang frais et de la chair en décomposition.
L’odeur de la mort.
L’air est maintenant chargé de fraîcheur.
Mais lui a chaud, trop chaud.
Sous son imposant casque, de la sueur lui dégouline le long du cou et colle ses longues mèches de cheveux à son visage. En d’autres circonstances, il aurait jugé cela désagréable.
Il n’en a cure, cependant.
Les corps de ses ennemis sont étendus sans vie sur le champ de bataille. Tombés sous ses coups comme des insectes dans la main d’un enfant.
En toute logique, il devrait être heureux.
Il a vaincu. Il est ressorti glorieux de tous ses duels. Pas une seule fois il n’a été blessé par les lames ou les flèches ennemies. Un seul de ses coups a mis au tapis une dizaine d’hommes.
Il a fauché les vies comme on fauche le blé dans les champs.
Il regarde autour de lui avec un mélange de satisfaction et de stupeur à peine dissimulée.
Une tête au regard vitreux le regarde encore avec surprise, détachée du corps de son propriétaire, non loin de là.
Des membres sectionnés jonchent la terre autour de lui.
Ce pouvoir grisant qu’il a ressenti, et qu’il ressent encore maintenant…
La yoroi que lui a remis Arago-sama est exceptionnellement puissante.
Il se sent grand, important, invincible lorsqu’il la porte sur ses épaules, comme maintenant.
Quel guerrier ne tuerait pas pour obtenir un tel pouvoir ?
Avant, il n’était rien. Un simple samouraï anonyme dans la masse des combattants rassemblés sous la bannière d’un des multiples Seigneurs de la Guerre qui parcouraient le Japon.
Maintenant, il est semblable à un lion devant quelques fourmis.
Il est fort. Respecté. Sous ses ordres se tiennent prêts des légions de Youja, qui attendent un simple mot de sa part ou de celle d’Arago pour passer à l’attaque.
Il est un Général.
Oh, il y en a d’autres qui servent l’empereur du Youjakai, mais il vaut plus qu’eux. Ils ne comptent pas vraiment.
Il est victorieux de nombreuses luttes, comme celle d’aujourd’hui.
Sa fierté ne saurait être plus grande.
Et pourtant…
Pourtant…
Alors que l’excitation du combat retombe, que l’adrénaline qui l’a fait tenir si longtemps commence à s’estomper, il ne peut s’empêcher de ressentir comme un vide.
Quelque part, cette bataille a été très décevante.
Non.
A ses yeux se révèle une vérité.
Il ne s’agissait même pas d’une bataille.
Il s’agissait plutôt d’un massacre.
Aucune véritable résistance ne lui a été opposée. Aucun adversaire de valeur avéré ne s’est mesuré à lui. Tous ceux qu’il a combattus, tous ceux qui lui ont jeté un défi et l’ont combattu étaient faibles comme des nouveaux nés.
Il grogne.
Ce n’est pas un grognement de douleur ou d’ennui.
Plutôt de colère contenue et d’agacement.
Peut-être y avait-il un adversaire qui lui aurait donné un challenge dans le lot, mais il n’a pas eu la chance de le rencontrer, de mesurer sa force à la sienne, de le tuer lui-même et de ramener sa tête en trophée dans le Youjakai, au palais de son maître, comme le plus beau symbole de sa victoire.
Si un tel homme a existé dans cette petite armée qu’Arago lui a ordonné de détruire, alors c’est sous les coups d’un Youja ou de l’un des autres Masho qu’il est tombé.
Il a l’impression fugace qu’ils lui ont volé sa victoire, tous autant qu’ils sont.
Il a triomphé.
Mais il a triomphé sans périls.
C’était, à ses yeux, une victoire facile. Une victoire totale et absolue, mais une victoire facile tout de même.
La gloire revient à ceux qui sont victorieux.
Mais si tel est le cas, alors…
Pourquoi se ressent-il dans la bouche un goût amer, comme celui de la défaite ?

Fin


Rêves Et Ambitions


-Est-ce qu’il t’arrive de rêver ?

Rajura marqua une pause, sa tasse pressée contre le bord de ses lèvres. Il la reposa lentement sur la table basse, sans quitter des yeux la personne appuyée contre la balustrade. Son unique œil valide s’étrécit.

Naaza avait l’air totalement détaché en prononçant ces quelques mots, mais il voyait, oh oui, il voyait très bien à quel point sa prise sur le rempart de bois était forte, à quel point son regard était fuyant, évitant soigneusement son visage.

-Pourquoi cette question ?

Naaza haussa les épaules avec une nonchalance qui ne pouvait être plus feinte. Rajura pencha délicatement la tête sur le côté, ses longs cheveux blancs retombant en mèches souples sur son épaule.

-Oh, pour rien…Simple curiosité.
-Tu mens mal.

Naaza grimaça. Il avait été découvert. Bien sûr, cela ne pouvait se passer autrement. Personne ne pouvait mentir à Rajura, personne. Le Gen Masho cultivait le mensonge et les illusions comme un art. Et, étonnement, il reconnaissait toujours la vérité sous les multiples toiles de la mystification.

Les mains rentrées dans les longues manches de son kimono, Rajura le fixa droit dans les yeux.

-Que veux-tu savoir, vraiment ?

Et Naaza se lança.

-Est-ce que tu as des rêves ?
-Bien sûr, répondit franchement l’aîné des deux guerriers.
-Et quels sont-ils ?

Rajura fronça les sourcils avant de répondre ce qui lui venait naturellement en tête.

-Vaincre les Troopers…Gagner plus de prestige aurpès d’Arago-sama…Régner sur le monde....

Et Naaza hocha la tête de droite à gauche, le visage baissé, l’expression soigneusement neutre.

-Ce ne sont pas des rêves, ça. Ce sont des ambitions.
Le Gen Masho haussa un sourcil.

-C’est la même chose.

Le visage de Naaza prit une expression étrange, ressemblant à un rictus ou à un sourire désabusé.

-Vraiment ? Moi, je ne trouve pas.

Rajura le regarda curieusement. Naaza se détourna de lui et s’appuya contre le balcon surplombant les toits du palais. Son kimono glissa de son épaule, la mettant à nue. Il ne fit aucun geste pour la couvrir.

-Anubis m’a donné la même réponse que toi.

Il marqua une pause et, avec une reluctance évidente, ajouta :

-Shuten aussi.

Rajura renifla dédaigneusement. En quoi cela pouvait-il l’importer ?

Quelque part, cependant, c’était déconcertant d’entendre Naaza parler avec autant de calme et autant de résolution. Après tout, le Doku Masho n’était pas exactement connu pour sa…stabilité mentale.

Impatient, dangereux et prompt à de violentes colères, Naaza n’était pas exactement une personne dont il recherchait souvent la compagnie. Cependant, le Gen Masho devait reconnaître que malgré ses défauts, son frère d’arme était loin d’être un imbécile. Sans être un génie, il était bon tacticien et savait tirer avantage des situations.

-Autrefois, je rêvais des arbres en automne, quand les feuilles deviennent rouges, jaunes ou marrons, quand la chaleur décline doucement avant de laisser place au froid de l’hiver.

Ses yeux sont perdus dans la vague, et Rajura le regarde avec attention. Jamais il n’a vu le jeune Masho avec une telle…sérénité sur le visage.

Naaza ne dut pas remarquer l’attention dont il faisait l’objet, ou alors elle lui semblait subsidiaire, car il continua sur sa lancée.

-Je rêvais à ce que je ferais de ma vie en grandissant, à ce que je deviendrais,…J’ai même rêvé de fonder une famille, une fois, avant de recevoir ma yoroi…

Une famille…Une femme, des enfants…Rajura se surprit à acquiescer d’un signe de tête. L’idée l’avait effleuré lui aussi, bien avant qu’il ne devienne l’un des généraux d’Arago. Bien sûr, il n’y avait pensé que parce que sa famille désirait des héritiers au plus tôt, mais la notion ne lui avait pas singulièrement déplu.

-Je n’y ai pas vraiment fait attention au début, mais maintenant…Je m’aperçois que je ne rêve plus. Jamais. Que ce soit éveillé ou dans mon sommeil, mais nuits sont…vides.

Rajura ferma les yeux et tenta de réfléchir à la dernière fois où il avait fait un rêve plaisant. Un rêve sans rapport avec la guerre qui se jouait entre le Youjakai et les Troopers. Un rêve sans rapport avec une stratégie d’attaque débouchant sur sa victoire contre ses adversaires.

Et il s’aperçut que, même en cherchant bien, il ne pouvait pas sans rappeler.

Ses sourcils se froncèrent. Même en dormant, aucun songe ne lui venait. C’était…étonnant.

Son trouble devait être visible, car Naaza le regarda avec un sourire un peu amer avant de parler.

-Je suis sûr que tu vois de quoi je parle. Aucun de nous n’a plus de rêves maintenant, Rajura. Conquérir, vaincre, gagner ; des ambitions à ne plus qu’en faire, je te l’accorde. Mais quand nous fermons les yeux, que nous reste-t-il ?

Il n’y eut pas de réponse. Naaza, de toute évidence, ne devait pas en attendre, car il réajusta son kimono et sorti sans prononcer un mot de plus.

Rajura demeura assis à sa place sans bouger, plonger dans ses pensées. Quand il se décida enfin à esquisser un mouvement et à reprendre sa tasse abandonnée, il s’aperçut avec un certain ennui que son thé était maintenant froid.

C’était quelque peu dérangeant de savoir qu’aucun d’entre eux ne pouvait plus faire la différence entre un rêve et une ambition.

D’une certaine façon, en y réfléchissant, c’était presque comme s’ils avaient perdu une part de leur humanité.

Le Gen Masho haussa finalement les épaules.

Cela ne les empêchait pas de se battre. Alors, quelle importance, après tout ?

Fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yami-samuraiflo.livejournal.com/
 
Fics sur les Masho
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fics de melindashepard
» Récapitulation des fics publiées dans cette section par auteur.
» Impossible. CSI NY Don/Danny (death fics) G
» [Uld Ases] Mes bannières de fics
» Fics de gwentaylor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la Légende des Samouraïs :: Les Samourais de l'Eternel :: Oeuvres d'Art-
Sauter vers: